Consultant Expatrié: Comment surmonter les différences culturelles?

Consultant Expatrié: Comment surmonter les différences culturelles?

Si de nombreux expatriés sont capables de s'adapter aux coutumes d'un pays, ils se heurtent à des obstacles sur leur lieu de travail et à des difficultés pour se familiariser avec une culture professionnelle étrangère. Du fait de la mondialisation, les grandes entreprises internationales sourcent de plus en plus à l'étranger ou envoient des collaborateurs travailler dans leurs filiales ou succursales internationales. Ces travailleurs expatriés sont alors confrontés à un bouleversement culturel auquel il faut répondre pour que leur intégration dans l'entreprise soit réussie.

Dans cet article de blog nous vous dévoilons nos meilleurs conseils pour faciliter votre intégration le pays d’accueil

Se donner du temps pour s’adapter

L’intégration dans une entreprise étrangère nécessite une période d'adaptation. Il est essentiel de se familiariser avec la culture du pays, de comprendre les bases de la langue et de faire de nouvelles connaissances afin de se sentir à l'aise dans et de s'adapter au mieux dans ce nouvel environnement.

Malgré le fait que le management interculturel devient un enjeu majeur dans les entreprises d'aujourd'hui, les nouveaux arrivants doivent encore s'adapter à un système qui leur est parfois totalement inconnu. Les premiers jours en tant que consultant expatrié dans l'entreprise peuvent se dérouler sans problème. Il convient toutefois de respecter certains principes fondamentaux.

Être à l’écoute

La capacité d'écoute est nécessaire pour mieux comprendre ce nouveau système et son fonctionnement. Prêter attention à ses collègues et à ses supérieurs tout en restant discret et humble est un bon premier pas vers l'intégration. C'est aussi un moyen de connaître les types de relations que les employés entretiennent entre eux afin de pouvoir s'en inspirer. Certains employés de l'entreprise seront très certainement accessibles et disponibles, tandis que d'autres seront très certainement plus réservés ; il faut savoir jongler et s'accommoder des différentes personnalités.

Adapter son mode de vie

Vous devez être capable de modifier votre comportement dans certaines entreprises étrangères si vous êtes habitué au mode de vie de votre pays d'origine. Les règles ayant changé, une attitude et des connaissances adaptables seront appréciées.

Demander l’aide de ses supérieurs hiérarchiques

Chaque entreprise, chaque pays, chaque activité a ses propres méthodes de gestion qu'il faut comprendre pour en tirer le meilleur parti. Par ailleurs, si le respect des supérieurs est une règle universelle, il est particulièrement important dans le contexte de l'expatriation. Les référents pourront aider un employé à évoluer ; ils sont également une source de connaissances et d'expérience qu'il ne faut pas négliger. Le respect et la reconnaissance seront toujours appréciés.

Se lier à ses collègues

En effet, être l’employé étranger dans une entreprise n’est pas vraiment un obstacle, mais certains collaborateurs peuvent avoir de la jalousie vis-à-vis d’un nouvel collègue. Être dans une dynamique d’entraide, avoir un esprit d’équipe, être disponible pour soutenir les autres s’ils se montrent curieux facilitera ton intégration.

Par ailleurs, le fait d’avoir des compétences et des expériences acquises dans un autre pays présentent une valeur ajoutée dont les autres peuvent tirer parti.

Le partage de ces connaissances vous permettra de nouer des liens inestimables avec vos collègues et de ressentir une parfaite synergie avec eux. Des amitiés se noueront très probablement et des invitations extra-professionnelles seront lancées.

Apprenez les étiquettes de base

On ne le dira jamais assez : déménager à l'étranger nécessite un effort d'adaptation important de votre part. Même si vous ne vous trouvez pas forcément au cœur des différences culturelles de votre pays d'accueil, soyez curieux ! N'ayez pas peur de vous renseigner sur les us et coutumes de ceux qui vous entourent. Si vous avez décidé de vivre dans une grande ville, ce n'est peut-être pas le meilleur endroit pour commencer. Utilisez votre temps libre pour explorer les banlieues et rencontrer les gens qui y vivent. Si vous aimez la nature, allez vous promener dans la campagne et goûtez à la cuisine locale. Prenez votre temps pour découvrir les anciennes traditions qui ont été préservées dans certaines régions.

Rien de tel que d'observer les gens de votre pays d'accueil et d'entrer en contact avec eux pour faciliter votre intégration. Par exemple, pendant votre pause déjeuner, vous pouvez discuter des différences culturelles avec vos collègues de travail, ou vous pouvez demander à l'un de vos voisins de vous accompagner pour une visite du quartier afin de mieux comprendre le mode de vie local. Prenez le temps de vous renseigner sur ce qu'il faut faire lors de festivals ou d'événements spécifiques, ainsi que dans des lieux précis.

Soyez ouvert à essayer de nouvelles choses

En voyageant pour rendre visite à des clients d'autres pays, soyez ouvert à essayer de nouvelles choses – comme la nourriture – au moins une fois. Même si vous n'aimez pas quelque chose, vous serez apprécié pour faire l'effort. Si vous êtes allergique ou préférez ne pas participer à quelque chose (comme boire de l’alcool), ne compromettez pas pour autant vos propres valeurs pour tenir compte des leurs. Vous êtes autorisé à refuser respectueusement.

Lorsque vous rendez visite à des clients dans d'autres pays, soyez prêt à essayer de nouvelles choses, comme la nourriture, au moins une fois. Même si vous n'aimez pas quelque chose, votre effort sera apprécié. Par contre, si vous êtes allergique à quelque chose ou préférez ne pas participer à une activité (par exemple, boire de l'alcool), ne compromettez pas vos propres valeurs pour vous adapter aux leurs. Vous êtes libre de refuser poliment. L'objectif n'est pas de construire des murs, mais de jeter des ponts et d'accueillir les différences culturelles.

Soyez accommodant

Tenez compte des besoins culturels de vos employés, clients ou collègues, tels que les heures de prière ou les fêtes religieuses, lorsque vous planifiez votre horaire de travail. Si les rôles étaient inversés, vous voudriez certainement que quelqu'un respecte votre culture.

Gardez l'esprit ouvert, quel que soit votre secteur d'activité. Reconnaissez que votre voie n'est pas la seule. Il n'est pas nécessaire de changer votre culture ou de persuader les autres de changer la leur, mais plutôt de trouver un terrain d'entente où chacun peut comprendre, respecter et embrasser les différences culturelles.

Respectez les pratiques locales

Le respect de la population locale, de sa culture et de ses croyances facilite l'adaptation à votre nouvel environnement. Acceptez-les comme faisant partie des us et coutumes de votre pays d'accueil auxquels vous devrez vous habituer, qu'il s'agisse des habitudes alimentaires, de certaines valeurs comme la place des femmes dans la société, ou de pratiques qui ne vous semblent pas toujours claires. Pour cela, évitez de passer trop de temps avec des expatriés et n'ayez pas peur de participer à des activités sociales.

Faites des concessions

Soyez patient et donnez-vous le temps nécessaire pour vous adapter. Porter des jugements de valeur sur la culture des autres peut vous entraver d'en apprécier la richesse de cette diversité. Pour éviter les malentendus et les jugements hâtifs, faites-vous des amis parmi la population locale et demandez-leur de vous éclairer sur certaines de leurs pratiques qui vous semblent choquantes ou incompréhensibles.

Documentez-vous au maximum

Avant de partir vers votre pays d’accueil, il faut que vous vous informiez au maximum sur ses spécificités culturelles. Afin de vous éviter toute gêne, connaître les tabous vous épargne les erreurs. Prenant l'exemple des pays asiatiques, tout comme la Thaïlande ou la Chine, il faut éviter de faire passer des choses au-dessus de la tête ou de la toucher.

En effet, la tête est l’une des parties les plus importantes du corps parce qu’elle abrite l'esprit et l'âme, du coup selon leur coutumes, elle mérite le plus grand respect. Dans ces mêmes pays, il faut éviter de fermer les portes ou les tiroirs avec les pieds, car ce sont les parties basses du corps ainsi elles sont considérées comme impures.

Respecter la religion des autres

Chaque pays possède une culture distincte. Ainsi, ce qui semble logique dans un pays peut ne pas être perçu comme tel dans un autre. Les habitudes des gens sont influencées par leur situation géographique, leur histoire et notamment leur religion.

Saviez-vous que la Chine a la plus grande population non religieuse du monde ? Vu le nombre de temples et de pagodes qu'on y trouve, cela semble peu probable. Pourtant, de nombreuses études montrent que de nombreux Chinois sont athées. Attention : la religion n'est pas interdite en Chine, même si le gouvernement et le parti communiste sont athées ! En fait, la constitution chinoise garantit la liberté de religion. Cela signifie que vous êtes totalement libre de pratiquer votre religion. Toutefois, le pays ne reconnaît officiellement que cinq religions : le bouddhisme, le taoïsme, l'islam, le catholicisme et le protestantisme.

Si votre confession religieuse ne figure pas dans la liste mentionnée, il n'y a pas de raison à désespérer. Rien ne vous empêche de la pratiquer en privé, à votre domicile, par exemple.

Dans le milieu professionnel notamment les pays musulmans, il est strictement interdit de boire de l'alcool contrairement aux pays européens, Certains pays interdisent strictement la vente et la consommation d'alcool. Les sanctions sont très sévères et peuvent aller jusqu'à des peines de prisons d'où l'importance de s’informer sur les moindres détails.

Les spécificités culturelles de certains pays-Exemples

Les différences culturelles se manifestent non seulement dans la cuisine, mais aussi dans la vie quotidienne.

L'humour : L'humour et les affaires ne font pas toujours bon ménage. Les Britanniques l'utilisent parfois pour désamorcer les tensions lors d'une négociation, alors que les Allemands ne le font pas.

Interrompre l'orateur : S'ils ne sont pas d'accord avec l'idée partagée, les Français prendront facilement la parole et interrompront l'orateur. Interrompre l'orateur n'est pas forcément considéré comme impoli dans ce cas, par contre dans d'autres cultures, comme l'Asie, cette pratique est généralement mal vue. Les Asiatiques écouteront leurs interlocuteurs sans les interrompre.

La valeur du silence : au Japon comme au Royaume-Uni, le silence est considéré comme faisant partie du langage corporel et joue un rôle important dans l'interprétation des échanges. Aux États-Unis, en revanche, la communication verbale est essentielle pour faire des affaires, tandis que le langage corporel est secondaire.

Codes comportementaux : Les États-Unis étant par nature un pays pluriculturel, les croyances et les positions doivent être respectées et prises en compte lors des interactions avec les autres. En Italie, une culture polychrone, les gens peuvent travailler sur plusieurs tâches en même temps, donc prendre des appels pendant les réunions n'est pas inhabituel ou impoli.

Relations hiérarchiques vs. prise d'initiatives : Au Danemark, les décisions sont prises en groupe et les collaborateurs doivent prendre l'initiative. Dans les cultures à forte hiérarchie, comme au Japon, l'ancienneté détermine qui prend les décisions.

Le défi interculturel est réel et évident : les entreprises doivent permettre à leurs employés mobiles d'interagir avec des personnes de cultures et de milieux différents, tout en respectant la diversité et sans se sentir vulnérables.

Le nouveau mode de vie de l'expatrié sera influencé par des valeurs, des coutumes et des modes de pensée différents.

Ce changement interculturel est extrêmement complexe, car il implique non seulement des relations humaines, mais aussi une adaptation comportementale à des situations inconnues et imprévisibles.

En espérant que notre article vous a plu, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires !

Leave a Comment