adult-advice-businesswoman-70292.jpg

Un mensonge sur une expérience professionnelle antérieure peut-il faire objet d’un licenciement?

Le mensonge sur une expérience professionnelle antérieure, peut-il faire objet d’un licenciement ?

Après avoir recruté un développeur full-stack confirmé, nous nous sommes aperçus, que les expériences professionnelles qu’il a citées dans son CV n’en étaient rien. Peut-on le licencier en s’appuyant sur ces faits ?

Avec la concurrence féroce sur le marché du travail, certains candidats essaient de garnir leurs compétences ou même inventer une expérience professionnelle pour décrocher un CDI à plein temps avec une paie rassurante. Pourrait-on les blâmer pour cela ?

Si le profil recruté n’a pas l’aptitude professionnelle pour ce poste. Ca relève en premier lieu d’une malhonnêteté.

Comment sanctionner un employé malhonnête ? Est-ce qu’on pourra le licencier directement sans tomber dans le bain du licenciement abusif ?

Revenons  sur un concept de droit civil français pour analyser ce cas de figure, la réticence dolosive qui est l’omission volontaire par une personne d'un fait qu'elle a obligation de révéler.

Donc, s’il s’avère que votre employé ne dispose pas des connaissances nécessaires pour exercer à bien son travail et a gonflé son CV pour avoir ce poste, ça pourrait causer la nullité du contrat grâce à ce principe.

Prenons un deuxième cas de figure, si l’expérience professionnelle est imprécise ou juste étalé dans le temps, c’est une preuve insuffisante pour arriver à fournir les conditions de nullité du contrat.

Quelles mesures les recruteurs peuvent prendre pour ne pas tomber sur ces cas-là ?

Vérifiez minutieusement les informations figurantes dans les CV des candidats que vous recevez en appelant les anciens employeurs ou même l’université si vous avez des doutes sur le diplôme.

Le langage du corps lors de l’entretien pourrait aussi révéler si le candidat est de bonne foi ou pas. Mais attention aux mythomanes, ils sont pleins de nos jours.

Finissons de rappeler que la jurisprudence donne la responsabilité à l’employeur qui ne contrôle pas les qualifications lors de la procédure d’embauche.

Savez-vous que Pentabell pourrait-faire ça pour vous ?