Comment apprendre à dire « Non » au travail ?

Non, est l’une des formes les plus simples et courtes pour exprimer la négation et le désaccord et malgré cela, les adultes semblent avoir du mal à l’utiliser même en cas de besoin !

 Alors pourquoi est-ce si difficile de savoir dire « non » ? Ce mot qui semble si emblématique est malgré pourtant essentiel pour notre bien-être. Lorsque vous dites non vous exprimer votre plein droit d’être différent des autres, de les contredire vous faites preuve d’indépendance et de liberté à l’égard des autres.

Dans le milieu professionnel cet acte est signe de connaissance de soi et de ses droits et malgré cela nombreux sont ceux qui ne savent pas dire Non, à leur Manager, collègue ou client …

Nous vous présentons dans cet article le pouvoir indéniable du mot « non » et des conseils utiles pour apprendre à le dire d’une manière courtoise et diplomatique.

 

  1. Pourquoi est ce difficile de dire « non » ?

Quand on l’adresse aux autres le mot non où  le refus sont généralement perçus comme négatifs et du coup ils sont socialement mal vus.

Eprouvez -vous une sensation de malaise lorsque vous vous apprêtez de dire non à quelqu’un ? si vous répondez par oui, c’est que vous ressemblez à une bonne majorité de la population.

Pour certains le simple fait de dire non est une énorme source de gêne et de malaise, dans ce sens Isabelle Méténier une psychologue affirme que « la majorité des gens se disent : si je m’affirme, si je dis non que va penser l’autre ? Il va me rejeter. » « Et c’est cette peur que les liens se coupent qui empêchent les gens de dire non. »

Cette forte croyance, nous oblige quelquefois à oublier notre estime personnelle et notre propre bien-être. En effet, en disant non, on fait preuve de connaissance de soi, de nos besoins, envies et limites par contre si on s’efforce de dire oui à tous les coups, on élimine de plein gré notre capacité d’arbitrage et notre droit de refus.

Par conséquent en disant « NON » au boulot, vous montrerez que vous connaissez bien vos droits et limites et que vous vous respectez assez pour ne pas accepter n’importe quel fardeau qu’on peut vous balancer !

 

  1. Comment procéder pour dire « non » ?

Dans le milieu professionnel, il est indispensable, voire vital de connaître des droits, limites et obligations en tant qu’employé.

Dire « non » aurait donc deux formes :

-Un Non ferme et strict qui ne laisse place à aucune négociation

-Un non ouvert, qui laisse place au débat et à la discussion.

Les bons conseils pour dire Non :

 

  1. Le Non ouvert qui laisse place au débat : un acte sain qu’il faut apprendre

Dans ce cas de figure, vous dites non, mais en étant courtois et en adoptant une bonne formulation vous pouvez ouvrir un débat, qui sera alimenté par des nouvelles idées aboutissant à une décision constructive.

Dans un environnement de travail sain, un employé a tout le droit de dire non à son Manager et d’exprimer librement qu’il n’est pas d’accord avec lui.

La seule condition à respecter ici, c’est d’être capable d’argumenter les raisons de son refus et pourquoi pas, proposer des meilleures solutions alternatives.

Par exemple dans une réunion ou lors d’une séance de brainstorming qui sont supposées être des moments de partages et d’échange, peuvent facilement tourner au cauchemar si le discours est monopolisé par une seule personne qui ne donne pas aux autres le droit de participer ou d’exprimer leurs avis divergents.

Dans le cas contraire une réunion basée sur le partage et l’échange peut faire naitre des nouvelles idées créatives et issues de la confrontation de différents points de vue.

 

  1. Le non à son manager : connaissez d’abord vos droits et limites d’employé

La légitimité de ce refus dépendra essentiellement du type de la demande, de la manière dont elle a été adressée et du code de travail dans l’entreprise. Un employé est toujours tenu d’exécuter de bonne foi les missions inscrites dans son contrat de travail.

Ceci peut impliquer un devoir de dépasser ses horaires de travail à cadre exceptionnel. Un manager a donc le droit de demander des heures supplémentaires à son employé du moment qu’il respecte un délai de prévenance afin que sa demande soit légitime.

Cependant, si le refus se base sur des raisons valables et correctes alors dire non à son supérieur hiérarchique est un signe de respect de soi et de force de caractère.

Par exemple : si on veut demande de rendre un projet à une date limite inatteignable et que l’on vous noie avec des tâches qui ne font pas partie de votre job en vous demandant d’atteindre vos objectifs mensuels, vous aurez droit à dire non et vous ne serez pas sanctionné.

 

  1. Relativisez les conséquences de votre « non »

La première peur qui nous frappe lorsqu’on choisit de dire non, c’est la réaction de notre vis-à-vis.

Lorsqu’on s’apprête à exprimer notre refus on s’imagine que notre interlocuteur va mal le prendre et on imagine le pire. La première chose qu’il faut commencer par faire pour désamorcer notre crainte c’est :

  • D’analyser les conséquences de notre refus : la peur d’être mal vu par son manager, d’être pris pour un incompétent, d’être rejeté par son groupe ou de déplaire aux autres.
  • Remettre en cause nos peurs en les mesurant à leur juste valeur : si vous dites non à cette simple mission, allez-vous réellement remettre en question la totalité de votre travail ? ou carrière dans l’entreprise ? la réponse est non de toute évidence.

Apprenez donc à faire face à vos peurs en les exprimant à haute voix à un ami ou encore en les notant dans un journal, cette démarche diminuera leur emprise et impact émotionnel sur vous.  

 

  1. Savoir dire Non : c’est vous préserver et privilégier votre bien-être

Dans un milieu professionnel de plus en plus exigeant et là où il faut être le meilleur, savoir dire NON, c’est un signe de connaissance de soi, de respect et de maîtrise des limites de votre capacité à travailler.

Le refus va de pair avec « la transparence » et le respect du droit de la différence. Pourquoi continuer à accepter d’autres tâches et missions imprévues quand vous connaissez déjà que vous êtes surchargé et que vous serez incapable de délivrer à temps.

Masquez la réalité de peur de déplaire à votre collègue ou supérieur hiérarchique alors que vous savez bien qu’il est impossible d’arriver à rendre votre travail, vous apportera plus de problèmes que de compliments.

Alors affirmez-vous et ne vous laisser pas couler sous une surcharge de travail que vous ne saurez jamais honorer parce que vous étiez trop peureux pour dire Non.

Source