10 conseils pour lutter contre le burn-out professionnel

 
Durant les périodes de crise, l’épuisement physique et moral peuvent s’accroitre pour engendrer une énorme pression aussi bien sur les employés que leurs managers ou patrons ! 
 
Ainsi donc, il faut faire attention et prendre soin de soi pour ne pas succomber sous l’emprise du stress et de la fatigue mais surtout éviter de se retrouver dans une situation d’épuisement professionnelle, communément appelée « burn-out ».  
 
En effet une fois arrivée à ce stade, l’employé commence à se consumer de l’intérieur, et perdre sa motivation et son efficacité, autrement dit il commence à bruler en perdant sa capacité à faire face à cette situation. 
 
Comme le décrit le grand philosophe Pascal Chabot le burn-out est « un trouble individuel qui affecte certaines personnes mal adaptées au système, ou trop dévouées, ou ne sachant pas (ou ne pouvant pas) mettre limites à leur investissement professionnel. » 
 
Mais comment peut-on se préserver de cette situation ? Quel comportement faudrait-il adopter pour éviter de tomber dans le burn-out ? 
 
Si l’on connait que rien qu’une véritable thérapie ne pouisse contourner cette situation, il existe néanmoins des démarches à adopter pour la prévenir ou la réduire. Comment le faire ? 
 
Voici la réponse selon 12 conseils offerts par Stéphanie Bertholon psychologue et Co-fondatrice du Centre de traitement du Stress et de l'anxiété à Lyon. 
 
10 conseils pour lutter contre l’épuisement professionnel / burn-out 
 

1.     Ne niez pas les difficultés que vous pouvez rencontrer

Durant cette période difficile et suite aux changements des méthodes de travail (le télétravail, entretien en ligne et Visio conférences.)  qui imposent une présence de plus en plus accrue et une grande disponibilité … les employés se sentent plus surveillés que jamais ! 

Cette situation crée des rapports négatifs entre eux et leur hiérarchie, basés sur la méfiance, le doute et la peur. 

La solution est de ne pas essayer de nier les difficultés que l’on rencontre durant cette période et d’en parler ouvertement en toute transparence à ses supérieurs hiérarchique qui devront faire preuve de compréhension et d’empathie. 

Les phrases toutes faites du genre « estimez-vous heureux d’avoir un boulot, vous êtes chanceux d’avoir un salaire stable » sont à proscrire ! 

 

2.     Evaluez bien ce qu’on attend de vous

Les personnes perfectionnistes et ultra méticuleuses n’arrivent pas facilement à évaluer ce qu’on attend d’eux, déclare Stéphanie Bertholon. 

Ce type d’employés à du mal à dire non, à refuser les heures supplémentaires ou de venir travailler durant le weekend au risque d’atteindre l’épuisement total. » 

Par la suite, n’hésitez pas à demander à vos superviseurs ce qu’ils attendent de vous. 

Vous pouvez également dépister le terrain en prenant l’avis ou les conseils de vos collègues ou managers. 

 

3.     Identifiez vos peurs

Chaque employé est unique de la part de son comportement et de sa personnalité. 

Ainsi, avoir certaines craintes ou peurs est tout à fait légitime et peut même expliquer l’origine de stress et de l’angoisse de certains employés. 

Il faut donc identifier ces peurs et les accepter. L’acceptation est le premier pas pour réduire le stress et peut même nous consoler avec nos faiblesses. 

 La démarche qui suit repose sur la recherche de méthode ou mécanismes qui nous permettront de Contrôler ses peurs et de leur faire face. 

 

4.     Gérez bien les récompenses

Les bonus, primes et récompenses sont un moyen efficace pour augmenter la performance et la motivation des employés. 

Cependant dans certains cas de figure leur utilisation contre-productive peut pousser certains travailleurs à l’épuisement. 

Les signes de reconnaissance comme le remerciement, la gratification ou les autres récompenses intrinsèques sont aussi importantes que les bonus et l’augmentation du salaire. 

Il faut donc trouver le juste milieu entre les récompenses financières et émotionnelles. 

 

5.     Prenez une vrai pause déjeuner

Notre cerveau a besoin de certaines habitudes et rituels. Lorsqu’on connait que l’heure de la pause approche on est plus calme, car l’imprévisible est une source de stress, affirme Stéphanie Bertholon. 

Au début un petit coup de stress peut être géré mais par la suite avec la multitude de tâches que nous devons gérer, il devient ingérable. 

Pensez donc à vous déconnecter durant votre pause déjeuner, il est même conseiller de sortir de l’entreprise. 

 

6.     Faites une seule chose à la fois 

Bien qu’on puisse être amené à faire plusieurs tâches à la fois (répondre à ces emails, se connecter aux réseaux sociaux, préparer la présentation de la réunion…) le multitasking n’est pas facile à gérer. 

Même si c’est techniquement possible pour certaines personnes, il finit toujours par user nos batteries, nous déconcentrer et nous faire perdre d’efficience. 

« Faites donc une seule tâche à la fois c’est plus écologique pour notre cerveau. » indique la psychologue. 

 

7.     Autorisez et acceptez l’ennui

Même dans les entreprises les plus créatives et performantes, la notion de l’oisiveté est toujours existante. 

Les grandes multinationales comme LinkedIn et Google l’ont bien compris. Elles ont ainsi aménagé des lieux et des espaces dédiés pour permettre aux employés de s’aérer l’esprit. 

Travailler sans une pointe de repos durant 8h d’affiliés est épuisant, nos corps et nos cerveaux ne sont pas programmés pour un tel rythme. 

Pensez donc à prendre des pauses régulières, faites des petites marches, acceptez les moments de lassitude et laisser vous flâner de temps en temps. 

 

8.     Gérer votre disponibilité : contrôlez vos smartphones et laptops

Avec les nouvelles technologies et nos smartphones, on a tendance à augmenter nos heures de disponibilité. 

Le travail nous suit donc partout là où nous allons y compris lorsqu’on rentre chez nous. 

Mais s’il est quelquefois indispensable de rester joignable par téléphone il faut penser à désactiver les notifications push pour sortir de cette boucle. Selon la psychologue a employé tend à checker ses emails toutes les 6.30 minutes sans en avoir le besoin. Ceci risque donc de devenir une mauvaise habitude qu’on pourra trainer avec nous à la maison. 

Pensez donc à adopter des gestes simples pour vous déconnecter, par exemple désactiver les notifications, évitez de laisser votre ordinateur ouvert sur votre bureau ou table … tous ces gestes vous invitent à reprendre le travail. 

 

9.     Dormez bien et alimentez-vous sainement

L’insomnie ou le manque de sommeil facilitent l’épuisement et la fatigue générale. 

Il faut donc bien veiller à ses heures de sommeil mais aussi à son alimentation. 

En effet sous l’effet du stress, on tend à doubler notre consommation d’existant comme le café, le thé ou encore pire les cigarettes. 

Certains employés se privilégient une nourriture grasse, trop salée ou sucrée de peur de perdre du temps ou par paresse car on pourrait toujours prévoir nos repas à l’avance durant le weekend en choisissant une nourriture saine et pleine de nutriments. 

 

10.  Conservez vos activités extra-professionnelles

Le bien-être physique et mental passe par l’équilibre. 

Miser uniquement sur le travail sans avoir d’activités extra-professionnelles -comme le sport, les sorties en famille, les balades ou encore les voyages -peut nuire à notre équilibre. 

Ce genre d’activité est une échappatoire pour nous, ils nous permettent de penser ailleurs et de se vider l’esprit tout en renouvelant notre Energie, affirme Stéphanie Bertholon. 

Ces activités aident aussi à avoir d’autres perspectives et des nouvelles solutions à un problème. 

Il faut noter également qu’en face à nos écrans on oublie quelquesfois les besoins de notre corps.

 Source